Samarcande 1

20 août 2019

Lever 5h30 pour prendre le taxi qui nous emmène à l’aéroport...Et là, nous découvrons qu’il n’y a pas d’avion pour Boukhara , l’avion avait été annulé et nous n’étions pas prévenus.

 

Lorsque le préposé a lu que nous avions pris le billet d‘avion en décembre il nous a dit que c’était un délai bien trop lointain pour avoir la certitude que le vol ait bien lieu !. 
Nous joignons l’agence qui planche sur un plan B … nouvel appel, il faut qu’on fonce à la gare, dans une heure il y a un train pour Samarcande, meilleure option disponible.

 

Ils modifient les réservations des guesthouses et ce sera Samarcande une nuit, train, Boukhara 2 nuits, re-train et une dernière nuit à Samarcande.
La personne avec qui nous avons parlé à l’aéroport nous a accompagné pour trouver un taxi et discuter le prix … enfin surtout trouver un taxi « rapide ».

 

Arrivé à la gare les filles sont allé acheter les billets et les garçons ont gardé les bagages et repérer où sont les trains. A Taskent ça n’est pas tout à fait évident puisque l’endroit où on achète les billets ne donne pas accès directement au train. Elles nous prendrons des billets deuxième classe.
Dans le train, nous discutons avec des élèves aviateurs d’hélicoptères de l’armée. Tarot dans le train, nous sommes dans un compartiment. Les trains Ouzbeks sont vraiment très bien, le contrôleur passera même pour servir le thé. 
Pour nous c’est un agréable moment et le train est vraiment un bon moyen de transport pour découvrir un pays et ses habitants... e ça nous change de la voiture !.

 

A l’arrivée, vers 12h, le guide, francophone, nous attend avec sa voiture, une Chevrolet, bien sûr comme au moins 90% des voitures de ce pays.
Nous déjeunons au Samarkand, un beau et bon restaurant, le décor est très joli, il y a également une grande salle de bal où les gens vont danser après le repas.

IMG_8558c1c1.jpg


Il nous fait visiter le mausolée Gour Emir que Timour (Tamerlan) a fait construire en l’honneur de son petit fils préféré Mohamed Sultan, décédé. Les explications de notre guide sont très intéressantes et on an apprend beaucoup sur l’histoire de l’Ouzbékistan et de l’Asie Centrale.

D60_8760c1.jpg
_DZ63326c1
_DZ63326c1
press to zoom
_DZ63316c1
_DZ63316c1
press to zoom
_DZ63297c1
_DZ63297c1
press to zoom
Pano 18ac1.jpg
D60_8769c1
D60_8769c1
press to zoom
_DZ63322c1
_DZ63322c1
press to zoom
IMG_8557c1c1
IMG_8557c1c1
press to zoom
_DZ63295c1
_DZ63295c1
press to zoom

Puis visite de la mosquée Bibi Khanum, 

_DZ63356c1
_DZ63356c1
press to zoom
_DZ63331c1
_DZ63331c1
press to zoom
D60_8780c1.jpg
IMG_20190820_161553c1
IMG_20190820_161553c1
press to zoom
_DZ63344c1
_DZ63344c1
press to zoom
_DZ63341c1
_DZ63341c1
press to zoom

Puis visite de la mosquée Bibi Khanum, du marché avec ses nougats, ses fruits séchés …,

_DZ63353c1
_DZ63353c1
press to zoom
IMG_8590c1c1
IMG_8590c1c1
press to zoom
IMG_8595c1c1
IMG_8595c1c1
press to zoom
IMG_20190820_165913c1
IMG_20190820_165913c1
press to zoom

balade dans le quartier juif ...

_DZ63358c1 1.jpg
_DZ63359c1.jpg

Ensuite, notre guide nous ramène à l’hotel Zilolbaxt. C’est un hôtel certes confortable, mais sans charme, sauf si on aime le style soviétique. Il est assez loin de la place du Registan.
Le soir, balade et dîner dans un restaurant local : brochettes de viande et légumes. Un jeune garçon de 15 ans nous offre une part de gâteau de son anniversaire qu’il fêtait en famille à la table d’à coté, les Ouzbeks sont toujours aussi conviviaux.

D60_8787c1.jpg
D60_8788c1.jpg

On ressort pour voir la fin de la répétition des danses sur la place du Registan.

IMG_20190820_212738c1.jpg

En 12 ans le développement touristique de la ville là rendu plus "aseptisée", voici quelques photos de notre voyage en 2007

RIMG0218c1
RIMG0218c1
press to zoom
RIMG0216c1
RIMG0216c1
press to zoom
RIMG0093c1
RIMG0093c1
press to zoom
RIMG0098c1
RIMG0098c1
press to zoom