Murchison Falls

Samedi 4 août

 

 

Petit déjeuner correct sans plus. On paie le diner et on se rend compte qu’y figurent également les boissons qui nous avaient été proposées lors de notre entrevue avec le propriétaire. On s’en doutait un peu vue son attitude.

Vous l'aurez compris on n'a pas accroché avec la mentalité du propriétaire, maintenant le lieu reste sympa ....

On reprend la route. Dans un 1er temps on a des paysages vallonnés avec de nombreuses cultures, par contre la piste est relativement difficile. Puis nous retrouvons l’asphalte.

 

Nous nous arrêtons à Kitgum pour faire le plein : une des voiture est sur la réserve. L’autre voiture, quant à elle, n’a plus de freins. Le conducteur n’a pas pu s’arrêter à un stop. Heureusement qu’il n’y avait personne sur la route. Une fois de plus, nous trouvons quelqu’un à la station service pour téléphoner au loueur de voiture. Promis, il dépêche une nouvelle équipe de mécaniciens. Rendez-vous est pris pour 16h au prochain campement en bordure du Nil Albert.

D60_3380c1.jpg
29487481657_1bafd69681_o.jpg

 

 

Nous faisons rapidement des courses dans la station service : pain, gâteaux secs, eau, puis nous finirons nos emplettes sur le bord de la route. Nous nous arrêterons en bordure d’un village pour déjeuner.

 

Nous traverserons Gulu sans nous arrêter. Les paysages sont plus secs. Sur les 30 derniers km nous longerons le parc de Murchinson Falls et verrons pas mal d’herbivores.

 

Nous arrivons à l’Heritage Safari Lodge en bordure du Nil Albert vers 15h30. C’est un grand lodge avec de nombreux bungalows et une petite partie camping (environ 6 emplacements en vrac sur une pelouse), bloc sanitaire correct avec 2 douches et 2 WC.

 

Les mécaniciens arrivent.

 

Nous laissons les véhicules et partons faire une petite virée en bateau sur le Lac. Le manager du camp nous dit : « départ à 16h ». Vers 15h50, nous voyons passer un moteur de bateau sur un chariot poussé par 2 hommes. On se dit « on n’est pas parti ».

On se rend au bord du lac. Une équipe de 8 personnes s’occupe du bateau. Le moteur n’est pas encore monté. Il faut, au préalable, vider la bâche de toit de l’eau de pluie, essuyer les sièges, mettre sur chaque siège un gilet de sauvetage. Puis ils accrochent le moteur, font un essai : ça marche.

 

 

On s’installe et nous voilà parti.

IMG_20180804_164815c1.jpg
IMG_20180804_170846c1.jpg

Nous traversons le Nil pour aller sur la rive opposée le long de la ville de Pakwach. Nous passons sous un grand pont.

 

De nombreux habitants sont au bord du fleuve entrain de se laver, laver leur moto (c’est un sport national : on croisera de très nombreuses motos en train de se faire lavées à grande eau), des enfants en train de jouer.

Puis nous repassons sur l’autre rive, celle du parc animalier. Des cobs à croissants, des éléphants, des girafes, des hippopotames et toutes sortes d’oiseaux viennent au bord de l’eau. Magnifiques photos en perspectives. A un moment, nous apercevons une énorme construction en ruine à l’intérieur du parc. Le manager, qui sert de traducteur car le pilote ne parle pas anglais, nous explique qu’il s’agissait d’une prison dans laquelle de nombreuses personnes ont été torturées sous le règne d’Amin Dada. A la destitution de ce dernier, le site a été bombardé.

Le pilote du bateau est un jeune qui veut nous épater. Il fait vrombir le moteur du bateau afin d’agacer les éléphants et les hippos. D’ailleurs nous verrons des hippos de très très près.

Chouette petite croisière, mais il est temps de revenir au Lodge après 2h de navigation.

44429806101_9ca94c2c6a_o.jpg

Cette petite promenade de 2h a été fort agréable. Ce soir, nous choisissons l’option « diner au lodge », d’ailleurs, il ne nous reste presque rien à cuisiner. 

 

Les mécaniciens sont toujours en train de s’affairer autour de la voiture, ils démontent les roues les unes après les autres. Comme tous les soirs, nous commençons par une petite bière pour nous remettre de nos émotions de la journée.

 

La nuit tombe vite, dès que les lumières s’allument sous la grande paillotte servant de restaurant, une quantité impressionnante d’énormes insectes arrivent. On nous explique qu’une fois par an (et c’est ce soir comme par hasard !!!), des fourmis volantes (d’au moins 1 cm pour la bête sans les ailes, avec c’est 4 cm) s’agglutinent aux lampes, puis tombent sur le sol et perdent leurs ailes.

On attend que le phénomène se calme un peu (il dure à peu près 1 heure), puis on nous servira une soupe, du poisson avec des pommes de terre en purée ou en frites et en dessert une gâteau à la cannelle.

 

Les mécaniciens n’ont toujours pas fini. Dans la nuit on les voit à peine. Vers 22h30, enfin ils nous rendent la voiture. Il faut dire que 2 tentes se trouvent sur le toit de cette voiture. A priori le véhicule est en état de marche.

29381049427_442faeba5f_o.jpg

Dimanche 5 août

 

 

Ce matin on se lève tôt, on déjeune à 6h (petit déjeuner correct).

Nous sommes à 10 min de l’entrée du parc.

On arrive à la Gate, on s’inscrit, on paie et on observe un troupeau d’éléphants qui rodent autour du bloc sanitaire. Ils sont vraiment très près. Nous voilà partis dans ce nouveau parc.

Heritage Safari Lodge

murchison falls.jpg

Delta Camp

Après 2 km, un phénomène bizarre se produit, le véhicule réparé la veille perd la roue avant gauche et pique du nez dans le sable. Une chance !!! Quelques minutes plutôt, sur le bitume, c’était l’accident grave. Là nous sommes bien enlisé.

Tous les game drive qui nous croisent s’arrêtent pour nous donner leur aide et nous préviennent de faire attention : nous sommes dans un parc animalier et nous ne sommes pas censé quitter notre véhicule. Mais là, retroussage de manches, pelle et voilà les hommes en train de creuser sous la voiture pour y glisser une planche, puis le cric hydraulique.

On dégage les mâchoires de frein, on remonte la roue, on prend des écrous aux roues de secours accrochées à l’arrière du véhicule. On démarre, ça marche ou plutôt ça roule, costaud la bête. On retourne à l’entrée pour signaler notre mésaventure et téléphoner une fois de plus au loueur. 

P1130285c1.jpg

On décide de poursuivre notre journée normalement tout en restant très prudent quant au système de freinage. Le parc offre de très beaux paysages vallonnés et parsemés de grands palmiers. L’herbe est plus rase qu’à Kidepo et les animaux plus visibles.

Mais toujours pas de félins i de canins !!! Puis nous arrivons dans une zone où le bush est fermé, Stop ! un éléphant nous barre la route, ou plutôt une éléphante avec son petit. 2 voitures sont déjà arrêtées devant nous, on patiente quelques minutes, l ‘éléphante rentre dans le bush, on va pouvoir passer. En réalité, nous traversons un important troupeau d’éléphant qui se restaure de part et d’autre de la piste.  

D60_3813c1.jpg
D60_3843c1.jpg

 

On se dirige vers le Nil Victoria au lieu dit Paraa. On pique-niquera à l’ombre de grands arbres tout en regardant les bateaux aller jusqu’aux chutes « Murchinson » et le bac faire l’aller-retour entre les 2 rives. Nous souhaitons réserver un guide pour l’après midi mais le bureau n’ouvre qu’à 14h. On patientera en discutant avec des touristes, tous s’étonnent que nous soyons en « self drive ».

 

 

Avant d’aller chercher le guide, nous passons chercher de l’essence. On se présente à la pompe, on nous demande d’aller jusqu’au lodge situé en haut de la colline pour payer en avance. Là, nous découvrons un autre monde : le hall du lodge, tout en bois, style colonial avec une armée de serveurs qui se précipite sur les voitures qui déposent des voyageurs. Vu notre tenue, personne n’ose nous approcher. On annonce la somme que nous voulons donner, on paie et on nous fait une facture. On redescend, on donne la facture au pompiste et il nous sert. C’est l’Afrique. 

On part récupérer notre guide qui habite dans l’ « Area Field » d’où décollent les montgolfières et les petits avions. Puis on file vers notre campement. Il nous rappelle un peu BBC Camp qui se trouvait au bord du Zambèze, là nous sommes au bord du Lac Albert. Une partie de l’équipe ainsi que le guide part chercher du bois pour le feu pendant que l’autre partie se prélasse à l’ombre d’un grand arbre et admire au loin les nombreux hippos. Vers 16h, on part pour un game drive. 

D60_3866c1.jpg

Nous aurons beau "rôder" vers les arbres à léopards, ne verrons que des herbivores. Un bel orage éclate et est suivi d’une jolie averse équatoriale. Nous revenons au camp. La pluie s’est arrêtée rapidement, nous avons montés les tentes puis fait le feu, la nuit tombe très vite sous l’Equateur. Sur le feu, on préparera du riz aux petits légumes et en dessert un énorme ananas. Le guide qui n’est pas équipé de tente dormira dans une des voitures et veillera au feu toute la nuit.

44549818261_476cdc3f63_o.jpg

Lundi 6 août

 

 

On se lève alors qu’il fait encore nuit. Une famille campant non loin de nous est déjà sur le départ. Quand on veut voir des fauves, il faut se lever tôt. On part vers 6h30 pour un nouveau game drive. Nous roulons depuis peu quand on croisement de plusieurs pistes, nous voyons une lionne et ses 3 lionceaux. Les lionceaux essaient de jouer, mais l’apparition de plusieurs véhicules (nous plus un autre couple qui arrive après nous) rend la mère soucieuse. Les gens descendent des voitures pour mieux voir le spectacle, la lionne est à une cinquantaine de mètres. Elle est assise, entourée de ces lionceaux, puis elle se lève et commence à retrousser les babines en regardant dans notre direction. Soudain elle s’élance, bondit sur quelques mètres et s’arrête.

Tout le monde remonte précipitamment dans son véhicule. La lionne nous tourne le dos et s’enfonce dans le bush et poussant ses lionceaux devant elle. Fin du spectacle.

 

On essaiera de la retrouver, mais on n’y arrivera pas. On poursuivra notre game drive jusqu’à 10h.

 

on déposera le guide chez lui et on poursuivra notre route jusqu’au bac qui va nous permettre de franchir le Nil Victoria à Paraa.

 

44317816401_bb1e13b780_oc1.jpg

 

Les voitures arrivent et se mettent sur 2 files, les chauffeurs vont chercher les tickets d’embarquement. Le bac est sommaire, une dizaine de voiture y montent sur 2 files, les passagers des véhicules ne doivent pas rester à l’intérieur et se trouvent sur la plateforme.

Un orchestre équipé 'instruments locaux nous fait profiter d'un intermède musical.

Pan MFNP 3c1.jpg
43411448995_4a0913c9e3_o.jpg
P1130320c1.jpg
44549726601_a342f7892f_o.jpg

 

La traversée dure 10 minutes. Nous débarquons sur l’autre rive et poursuivons notre chemin.

 

 

Nous quittons rapidement la piste principale pour nous diriger vers les chutes, les fameuses « Murchinson Falls ».

 

43713675834_fce7711a4b_o.jpg
D60_3955c1.jpg

 

La piste n’est pas en bon état et parfois très raide dans la descente, dire qu’il faudra tout remonter. Les 2 véhicules se mettent en boite courte pour avoir un maximum de frein moteur (l’une des voitures a toujours des freins incertains et l’autre une boite automatique).

On se gare sur un parking avec vue sur le Nil. On déjeunera d’une salade de riz accompagnée de tomates et de thon en boite, un café et quelques petits gâteaux. Puis on descend vers les chutes. Au bout de 500m, nous y sommes.

Elles ne sont pas aussi grandioses que les chutes Victoria, mais elles sont très impressionnantes par la quantité d’eau qui s’engouffre dans un minuscule goulet. Il fait chaud et nous apprécions la bruine que produisent les chutes. Les hommes pousseront un peu plus loin  la balade vers le Backer Trail. Les femmes resteront un moment à admirer les chutes puis reviendront au parking. On  reprend la route, on a quitté la savane et la forêt devient de plus

44500287402_f9860a13f9_o.jpg

 

On  reprend la route, on a quitté la savane et la forêt devient de plus en plus dense on suit une longue piste de terre rouge.

On arrive au lodge en pleine forêt. L’accueil est chaleureux et on nous offre un verre  de jus de fruit frais. Les bungalows qu’on a réservé sont tout en bois et disséminés dans la forêt. On est à peine installé qu’une grosse averse doublée d’un orage nous oblige à rester enfermés. On en profite pour s’installer, se doucher et se reposer. Une heure plus tard, on peut enfin sortir.

 

C’est l’heure de l’apéro, on se retrouve au bar du lodge et on se love dans de gros fauteuils. On fait le point sur notre ravitaillement, notre argent. Puis le diner est servi, très souvent on nous propose un menu avec viande et un végétarien. Après le repas, on va se coucher. Il pleuvra toute la nuit.

 

 

P1130408c1.jpg
P1130414c1.jpg
P1130411c1.jpg

A partir de Budongo il est aussi possible de faire un chimpanzé track

 

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now