top of page

Je suis un paragraphe. Cliquez ici pour ajouter votre propre texte et me modifier. C'est facile.

Vendredi 29 juillet

 

Lever tôt à 6h30, petit déjeuner (buffet très correct) à 7h, on a rendez-vous avec le chauffeur à 7h45 au bord de la route. Le chauffeur arrivera à 8h20. Il a rendez-vous à l’aéroport de Vic Falls (Zimbabwe). On lui propose de l’emmener et il nous aidera à passer plus facilement la frontière (on est en Afrique).

 

On mettra 1h30 (grâce à l’aide du chauffeur) pour avoir tous les papiers, on paiera de nombreuses taxes. 2e supermarché, (1er au Zimbabwe) pour acheter viandes et fromages. On dépose le chauffeur à l’aéroport et nous voilà partis sur les routes du Zimbabwe.

On a rendez-vous avec Mayrig et Yves au Robin’s Camp dans le parc Hwangé à midi.

 

A l’entrée du parc, on remarque que Mayrig et Yves sont passés à 11h30 et il est midi, chouette on est dans les temps. Premier pique-nique dans un bar sur une table en pierre (de travers) et des chaises plus ou moins défoncées.

 

Départ pour Sinamatela. On croise des éléphants, des buffles, des koudous, des impalas.

On arrive au camp à la nuit, on s’installe en bordure d’une corniche, 1er montage de tente. Puis on se dirige vers le restaurant du camp, une petite bière avec un ragoût et de la polenta locale (blanche), bof pour le repas. Puis douche (sanitaires pas bien entretenus)et dodo. La nuit sera ponctuée par des feulements d’un lion.

Samedi 30 juillet

 

 

Lever au point du jour. Le lion feule encore au loin, on arrive à le voir aux jumelles au loin dans la plaine. Petit déjeuner sur le pouce, on plie les tentes et on y va.

On s’arrête au bord d’un lac « Mandavu Dam » dans une aire de pique-nique, c’est magnifique, mais ça fait « gloire du passé », dommage, le site est splendide. On observe de nombreux oiseaux ainsi que des damans qui se font prennent le soleil, on en profite aussi pour un pause café.

Sur la route on verra de nombreux herbivores mais pas de félins. Vers midi, on arrive à « Massuma Dam », notre camp privatif. Grand point de vue avec bancs et toit de chaume surplombant un point d’eau. On ne se lasse pas d’observer les hippos et les crocos qui se dorent au soleil ou se baignent. On assiste au bain d’un éléphant, premiers cobs à croissant.

Vers la fin de l’après midi les visiteurs présents s’en vont, on va rester seuls.

Sanitaires très bien entretenus et douche chauffée avec un dunkey, très agréable. Le gardien nous expliquera qu’il entretient les sols (qui sont très brillants) à l’aide d’un mélange de sa composition : il fait fondre du plastique qu’il mélange à du gasoil et de la cendre, puis il applique sur le sol.

 

Ce soir, Mayrig nous préparera un risotto pour accompagner le BBQ. On dinera en compagnie du gardien du camp. Il nous expliquera qu’il est de permanence pendant un mois et demi et qu’il doit se débrouiller pour manger. Il a accepté volontiers notre invitation à manger et surtout les restes de notre repas. Il nous montrera aussi comment faire du pain au feu de bois (très réussi).

 

La nuit sera agitée car dans le trou d’eau la vie continue : lions, éléphants, hyènes, chacals se succèdent en émettant des sons plus ou moins forts.

Dimanche 31 juillet

 

 

Ce matin, lever à 5h30, on apprécie beaucoup le pain cuit aux braises la veille. On invite de nouveau le gardien pour le petit déjeuner. Il nous assure qu’on verra des lions ce matin (la veille ils étaient 17 au point d’eau), mais ce matin il n’y a rien, mais rien. On part un peu déçu. On s’arrêtera à Main Camp pour le déjeuner.

On arrive au 2e camp privatif : Ngwesha Dam qui sert également d’aire de pique-nique dans la journée. On s’installe et on va faire un tour dans les différents points d’eau. La 1ère piste est coupée par des éléphants, la 2e piste est correcte, mais on retombe de nouveau sur un troupeau d’éléphants.

Ce soir Mayrig se relance dans la fabrication d’un nouveau pain et on aura droit à un ragoût pommes de terre/tomates/corned beef.

Peu de temps avant le diner, alors qu’il fait nuit noire, des phares apparaissent dans la savane, c’est un livreur d’un lodge dans une fourgonnette qui a 2 pneus crevés. Le gardien du camp lui ouvre les grilles et lui donne asile pour la nuit.

Dans ce camp, nous ne communiquerons pas beaucoup avec le gardien qui ne cherche pas le contact.

A l’exception de quelques rugissements la nuit est paisible.

Livingstone

Sinamatella

Masuma Dam

Ngweshla

HWANGE

bottom of page