Lundi 18 février

 

Après avoir refait le plein direction la Tadrat.

En quittant Djanet nous longerons une immense base militaire, mais pas plus de contrôles que ça, sauf à l’entrée du parc de la Tadrart où on doit passer un check point avec vérification des papiers.

 

_20190218_497c1.jpg
40832052813_7d6f1a9578_oc1.jpg

Déjeuner à l’entrée du parc, un peu à l’écart.

 

Pano J4gc1.jpg
_20190218_515c1
_20190218_515c1
press to zoom
Pano J4fc1
Pano J4fc1
press to zoom
_20190218_528c1
_20190218_528c1
press to zoom
_20190218_535c1
_20190218_535c1
press to zoom
_20190218_539c1
_20190218_539c1
press to zoom
_20190218_542c1
_20190218_542c1
press to zoom

C'est vraiment étonnant, ce sable "jaune saupoudré de noir"

 

Pano J4dc1.jpg

Nous voilà dans le canyon d’Injaren. Après de nombreux arrêts peintures et gravures.

 

_20190218_556c1
_20190218_556c1
press to zoom
47802494741_b0ddb3905c_oc1
47802494741_b0ddb3905c_oc1
press to zoom
_20190218_575c1
_20190218_575c1
press to zoom
32858674657_89594c2152_oc1.jpg

Devinez lequel est le guide ... hi, hi, hi

 

_20190218_578c1.jpg
47008965414_05c4d1360e_oc1.jpg

Nous croiserons plusieurs groupes. En fait la région a beau être désertique les lieux de campements ne sont pas si nombreux et rapprochés. Je crains que si le tourisme se développe à nouveau ça soit très vite « encombré ».

Normalement chaque groupe doit ramasser ses déchets, mais la réalité est assez différente et il y a pas mal de détritus dans les zones de campements, ce qui énerve pas mal notre guide et ses accolytes.

 

D60_7438c1.jpg